VAINCRE LA DEPRESSION AVEC L’HYPNOSE

Qu’est-ce-que la dépression ?

La dépression n’est pas une faiblesse de caractère, ni une fatalité. C’est une maladie qui peut toucher tout le monde et qui provoque une souffrance importante.

Différentes expressions reflètent cette réalité « se sentir triste », « être déprimé », « avoir des idées noires ou des difficultés à dormir. Mais les moments de « cafard », de « blues », comme les doutes font partie de la vie et ce ne doit pas être confondu avec les sensations éprouvées par une personne en phase de dépression.

On parle de dépression, quand :

  • les perturbations de l’humeur sont multiples et bien caractérisées ;
  • qu’elles se manifestent de façon (quasi) permanente pendant une période supérieure à deux semaines ;
  • qu’elles entraînent une gêne importante dans un ou plusieurs domaines de la vie quotidienne (difficulté ou incapacité de se lever, d’aller à son travail, de sortir faire ses courses…).

Ainsi, la dépression se caractérise par une véritable rupture par rapport à la vie habituelle.

Comment cela arrive-t-il ?

C’est un peu comme l’histoire de ce vase qui se remplit de stress, de tristesse, de colère, de douleur, de culpabilité, de solitude, d’injustice. Le stade précédent la dépression va se caractérisé pour de nombreuses personnes par une montée de l’anxiété. C’est un signal que le vase est bientôt plein.

Si le vase déborde alors les larmes arrivent souvent. Ce n’est bien sûr pas la dernière goutte qui est importante à vider mais bien toutes ces choses accumulées qui ont rempli le vase.

L’accompagnement par l’hypnose

Le traitement de la dépression est effectué par un médecin, souvent spécialiste qui vous indiquera le traitement adapté à votre situation. L’hypnose peut, en complémentarité vous apporter un soulagement. Ainsi le travail va porter sur :

  • L’attachement au passé
  • Le lâcher prise
  • L’impression d’être prisonnier
  • Le travail sur les anxiétés
  • Processus de deuils de situations ou de souvenirs douloureux

C’est comme prendre le vase, le vider ou même le percer pour aider à ce qu’à l’avenir, il soit beaucoup plus difficile de le remplir. C’est comme apprendre à vider automatiquement son vase.

Note : cette page est inspirée de l’association France Dépression : www.france-dépression.org

Citations

  • « Persécuteur et persécuté sont identiques. L’un s’abuse en ne croyant pas avoir sa part de souffrance ; l’autre s’abuse en ne croyant pas participer à la culpabilité. »

    Arthur Schopenhauer
  • « Avoir connaissance du mal et ne pas bouger, c’est prendre sa part de culpabilité. »

    Bertha Peppenheim
  • « Ce n’est pas le mal, mais le bien, qui engendre la culpabilité. »

    Jacques Lacan
  • « Les grandes personnes aussi ont besoin de se sentir moins seules quand elles souffrent. »

    David Servan-Schreiber
  • « La dépression est comme une petite mort car au sortir de cet état on a l’impression d’être tout neuf. »

    Karel Tchitelot
  • « L’un des symptômes d’une proche dépression nerveuse est de croire que le travail que l’on fait est terriblement important »

    Bertrand Russell
  • « La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur »

    Jacques Salomé
  • « Si vous voulez changer les fruits d’un arbre, vous devez changer les racines. Si vous voulez changer ce qui est visible, vous devez changer ce qui est invisible. »

    T. Harv Eker
  • « Dans le pouvoir de se changer soi-même existe le pouvoir de changer le monde autour de vous. »

    Anouar el-Sadate
  • « Très souvent, un changement de soi, est plus nécessaire qu’un changement de situation. »

    Théodore Monod
  • « Ce qui nous empêche de changer, ce ne sont pas seulement nos doutes, mais bien plus souvent nos certitudes … »

    Sénèque
  • « Il est une tristesse si profonde qu’elle ne peut pas même prendre la forme des larmes. »

    Haruki Murakami
  • « La tristesse est bien plus redoutable que la vieillesse et la mort. »

    Marie de Hennezel
  • « Ô tristesse ! On passe la moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime. »

    Victor Hugo

Prêt à vous engager ?