LE DEUIL EN HYPNOSE

Le deuil est souvent caractérisé par un sentiment de perte et de la tristesse. Cependant il y a plusieurs types de deuil : ceux qui concernent les personnes, les proches, un être aimé et ceux qui concernent les situations comme la perte d’un emploi, la fin d’une relation amoureuse, voir ses enfants grandir, divorcer, partir à la retraite … c’est tourner la page d’une étape de sa vie. Et cela peut être très douloureux même si les circonstances peuvent être évaluées comme plus ou moins grave par l’entourage, l’important est le vécu intime et personnel de chacun.

Les étapes du deuil

On décompose souvent le processus de deuil en étapes, même si c’est tout relatif …

a)       Le choc ou le déni : cette courte phase du deuil survient lorsqu’on apprend la perte. On a tendance à refuser d’y croire

b)      La colère : face à la perte, un sentiment de colère s’installe contre soi-même, contre la personne ou la situation perdue. Elle peut être associée à une forme de culpabilité et cela peut parfois s’installer. C’est une période de questionnements.

c)       Le « marchandage », il s’agit d’une phase où vont s’opérer des négociations avec soi-même, avec la situation

d)      Lé dépression est une période plus ou moins longue empreinte d’une grande tristesse, de détresse, de remises en question … On a parfois l’impression que le deuil ne se terminera jamais

e)      L’acceptation est la dernière étape du deuil et voit un mieux-être. La réalité de la perte est beaucoup mieux comprise et acceptée.

Video Vivre le deuil : comment apprivoiser la douleur ? émission sur Allodocteurs.fr du 06/11/2015 :

Voir une vidéo d’illustation
Faire son deuil avec l’hypnose

Le deuil se fait bien sûr au niveau conscient et au niveau inconscient avec des variantes en fonction des personnes dans l’accomplissement de ces deux niveaux de deuil.

L’hypnose permet de travailler à un niveau inconscient et d’effectuer des deuils profonds et libérateurs. On va explorer en hypnose tout ce que l’on souhaite garder à l’intérieur de soi de la personne, de l’étape de vie disparue et laisser partir ce qui ne nous sert plus, comme les émotions douloureuses, la culpabilité, la tristesse …

Cela permet de revisiter sa relation à la personne perdue ou à la situation terminée pour faire le « tri en soi », voir cette relation différemment, en quelque sorte la transformer pour qu’elle corresponde à notre besoin d’aujourd’hui. A aucun moment il ne s’agit d’oublier mais bien plutôt d’être capable d’intégrer la perte d’une manière différente moins douloureuse, de passer à une autre étape de vie. C’est comme si cette étape permettait finalement de devenir un moteur, une raison d’être supplémentaire, quelque chose qui permet de se relever et d’avancer dans la vie.

Citations

  • « Persécuteur et persécuté sont identiques. L’un s’abuse en ne croyant pas avoir sa part de souffrance ; l’autre s’abuse en ne croyant pas participer à la culpabilité. »

    Arthur Schopenhauer
  • « Avoir connaissance du mal et ne pas bouger, c’est prendre sa part de culpabilité. »

    Bertha Peppenheim
  • « Ce n’est pas le mal, mais le bien, qui engendre la culpabilité. »

    Jacques Lacan
  • « La mort d’un proche est un stimulant de la mémoire, tout revient en foule, le bon et le mauvais. Et les remords parfois. On se reproche ce qui n’a pas été accompli. Dans ce procès jugé à huit clos, le défunt est toujours acquitté. C’est soi-même que l’on condamne. »

    Alain Decaux
  • « La vie et la mort sont un cycle inévitable, un rythme aussi naturel que le jour et la nuit. Quand vient la vie, tu ne peux résister, quand elle s’achève, tu ne peux t’opposer à la fin. »

    Tchong Tseu
  • « La mort, lorsqu’elle se met à remuer dans notre conscience, nous rapproche de nos raisons de vivre. »

    Hélène Dorion
  • « Et si la mort n’existait pas, par quoi remplacerait-on la douleur de la séparation ? Serait-ce la seule vertu de la mort : satisfaire ce besoin, en nous, de la plus grande des douleurs, sans laquelle nous ne mériterions pas d’être appelés des hommes ? »

    Elias Canetti
  • « En excluant la mort de sa vie, on se prive d’une vie complète et en l’y accueillant, on élargit et on enrichit sa vie. »

    Etty Hillesum
  • « Les grandes personnes aussi ont besoin de se sentir moins seules quand elles souffrent. »

    David Servan-Schreiber
  • « La dépression est comme une petite mort car au sortir de cet état on a l’impression d’être tout neuf. »

    Karel Tchitelot
  • « L’un des symptômes d’une proche dépression nerveuse est de croire que le travail que l’on fait est terriblement important »

    Bertrand Russell
  • « Il est une tristesse si profonde qu’elle ne peut pas même prendre la forme des larmes. »

    Haruki Murakami
  • « La tristesse est bien plus redoutable que la vieillesse et la mort. »

    Marie de Hennezel
  • « Ô tristesse ! On passe la moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime. »

    Victor Hugo
  • « Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un, c’est vous qui vous brûlez. »

    Bouddha
  • « La colère chez les bons cœurs, n’est qu’un besoin pressant de pardonner ! »

    Pierre-Augustin Caron Beaumarchais
  • « Si nous sommes sans colère quand nous voyons les autres bafoués, exploités, humiliés, il est clair que nous ne les aimons pas. »

    Abbé Pierre et Bernard Chevalier
  • « La colère est nécessaire ; on ne triomphe de rien sans elle, si elle ne remplit l’âme, si elle n’échauffe le cœur ; elle doit donc servir, non comme chef mais comme soldat. »

    Aristote
  • « Un homme en colère est un homme qui n’a pas su dire non et éprouve, en plus, le remords de ne pas l’avoir fait. »

    Tahar Ben Jelloun
  • « Chaque parent vient au monde en même temps que son premier enfant. »

    Ernst Kramer
  • « Mourir sans famille c’est cesser d’exister. »

    Jean-Pierre De Muylder
  • « Une famille, c’est cela : quelques personnes qui s’aiment bien et se le répètent, à chaque instant, par de petites attentions, des taquineries, une voix tendre … »

    Jacqueline Dupuy
  • « La famille, ce havre de sécurité, est en même temps le lieu de la violence extrême. »

    Boris Cyrulnik
  • « Parent c’est un métier dans lequel il est impossible de réussir, il faut se contenter de faire le moins mal possible. »

    Bernard Werber
  • « Les amis : une famille dont on a choisi les membres. »

    Alfonse Karr
  • « La famille est plus importante que les individus qui la constituent. »

    Moses Isegawa
  • « Ne vous occupez donc pas de votre famille ! On n’arrive jamais à la satisfaire. »

    Jules Renard
  • « Passé un certain temps, l’enfant ne peut plus que partir de la famille : il lui est devenu impossible de s’y faire entendre – parce qu’on le connaît trop et parce qu’on ne le connaît plus. »

    Christian Bobin
  • « Tout le genre humain n’est qu’une famille dispersée sur la face de la terre. Tous les peuples sont frères et doivent s’aimer comme tels. »

    Fénelon
  • « Si tu penses comme moi, tu es mon frère. Si tu ne penses pas comme moi, tu es deux fois mon frère, car tu m’ouvres un autre monde. »

    Amadou Hampâté Bâ

Prêt à vous engager ?