L’hypnose Ericksonienne

Tout savoir sur l'hypnose 1

Comme son nom l’indique l’hypnose éricksonienne vient de Milton Erickson (1901-1980). Cette pratique est indirecte, non dirigiste, participative.

Milton Erickson nous disait « En hypnose, vous cessez d’utiliser votre esprit conscient; en hypnose, vous commencez à utiliser votre esprit inconscient. Parce que, inconsciemment, vous en savez autant et même bien plus que ce que vous savez consciemment ».

Mais qu’est-ce que l’inconscient ?

Erickson, le considère comme « la partie de nous-même organisée à notre insu, qui travaille en permanence dans notre intérêt. Ce serait le réservoir des ressources que nous avons accumulées et que nous ne connaissons pas toujours. »  L’hypnose éricksonienne cherche donc à faire appel à la spontanéité du patient plutôt qu’à sa raison.

Il régit essentiellement trois fonctions :

  • Le corps (respiration, tonus musculaire, …) : C’est bien l’inconscient qui gère régulièrement ces fonctions et heureusement !
  • L’apprentissage et la mémoire: L’inconscient emmagasine des millions d’informations et nous laisse utiliser seulement celles nécessaires à la conscience. C’est grâce aux automatismes qu’il a mis en place que nous avons appris à marcher, à faire du vélo,… C’est dans cette fonction qu’il est possible de modifier la perception des expériences passées, d’intégrer de nouvelles expériences, d’apprendre à utiliser nos ressources existantes au mieux ou d’améliorer nos capacités d’apprentissage.
  • La protection: sa fonction est là aussi de protéger le corps et l’esprit. L’intention est toujours bonne mais si parfois les moyens mis en place ne sont pas toujours les solutions que choisirait le conscient (par exemple par création de symptômes). Ainsi lors d’un danger important, il nous fait réagir bien avant que notre conscience n’ait pu réaliser quoi que ce soit ! C’est aussi grâce à cette fonction qu’il est absolument impossible de faire faire à quelqu’un une chose qu’il ne veut pas faire. Votre inconscient vous protège de toute suggestion inadaptée.

Activité cérébrale et état hypnotique

Grâce au travail des neuroscientifiques, et à leurs recherches sur le fonctionnement du cerveau, nous savons que 90 % de notre cerveau n’est pas utilisé. Il apparait clairement que l’inconscient est une partie puissante de nous-même et que nous pouvons l’utiliser. Ainsi, en état d’hypnose, des parties du cerveau sont connectées, qui ne le sont pas en dehors de cet état.

Sur le site hypnoseprojet, une étude plus approfondie des impacts de l’hypnose sur le fonctionnement du cerveau permet d’aller plus loin. Le texte suivant en est extrait :

« Les zones activées lors de l’état hypnotique sous-entendent que les sujets voient, sentent et bougent en se remémorant un souvenir, ce qui concordent avec leurs impressions subjectives de “revivre” leurs souvenirs. De plus, les zones désactivées sous hypnose, sont également désactivées durant certaines phases du sommeil et dans des états végétatifs; c’est-à-dire, dans les états modifiés de conscience.

Activité cérébrale et hypnose

Donc, on peut considérer l’hypnose comme un état de conscience particulier où un sujet, dans un semblant de somnolence, expérimente une imagerie mentale vivace et multimodale, imagerie qui envahit sa conscience

Il est possible de déterminer dans quel état de conscience se trouve un sujet en fonction de l’activité électrique de son cerveau. Cette activité est mesurée en Hertz par EEG (électroencéphalogramme). Les quatre états les plus connus sont:

  • Delta: inférieur à 4Hz; qui correspond au sommeil
  • Thêta: entre 4 et 8Hz; qui traduit état de transe ou de relaxation profonde
  • Alpha: entre 8 et 14Hz; qui correspond à un état de détente et de calme et permet déjà un travail d’hypnose
  • Bêta: entre 14 et 22Hz; il s’agit de l’état de vieille ordinaire.

Au cours d’une journée nous traversons tous ces états : l’activité électrique de notre cerveau connaît quotidiennement des périodes d’accélération et de ralentissement. L’être humain fonctionne plus couramment en “bêta”, mais il lui arrive cependant de “décrocher” durant une période allant de quelques secondes à plusieurs minutes: le cerveau fonctionne alors en alpha voire en thêta.

Cet état modifié de la conscience est donc naturel, spontané et vécu par tous. »

Source : http://hypnoseprojet.e-monsite.com/

Les autres formes d’hypnose

L’hypnose éricksonienne a servi de base à d’autres courants de psychothérapie comme la thérapie familiale, la thérapie systémique, la programmation neuro-linguistique (PNL) …

Les méthodes plus “permissives” utilisées par l’hypnose Ericksonienne peuvent être confrontées aux méthodes classiques considérées plus “directives”.

Voici un tableau récapitulatif, issu du site hypnoseprojet, des quatre formes d’hypnose employées aujourd’hui présentant leurs caractéristiques principales et leurs domaines d’applications.

Type d’hypnoseDomaine d’applicationAttitude du thérapeuteStratégie choisieParticularité
Classique

Dès le XVIIIème siècle

SpectacleDirective, autoritaireEndormir le sujet par des  suggestions directes, surprenantes et inattenduesCaractère impressionnant
Ericksonienne

Début du XXème siècle

Thérapie et AnesthésiePermissive, catalysatriceEndormir le patient par des suggestions indirectesPermet d’administrer un traitement

Forme d’hypnose plus respectueuse et thérapeutique

Nouvelle Hypnose

Fin du XXème sicèle

Thérapie et AnesthésieGuide, accompagnateur→  Endormir par des suggestions indirectes

→ Approche pédagogique

Elle a pour but de faire prendre conscience au patient de sa vie et santé à venir pour que les  maux ne reviennent plus.

→ PNL

Humaniste

années 2000

ThérapieGuide→  Réveiller par des suggestions indirectes   

→  Portée humaniste, place de l’homme sur Terre

 

Le sujet cède à état de conscience modifié par davantage de conscience

L'état d'hypnose

L’état d’hypnose est un état modifié de la conscience. C’est un état subjectif, propre à chaque personne, qui varie selon de nombreux paramètres : état émotionnel, environnement, croyances…

Chacun peut parvenir à entrer dans un état d’hypnose : il n’existe pas de résistance à l’hypnose mais seulement des techniques non adaptées à certaines personnes. Il faut distinguer la résistance au changement et la résistance à l’hypnose qui sont de nature différente. L’hypnose est un moyen privilégié de créer des réactions en lien avec des fonctionnements qui échappent à notre contrôle, à notre conscience.

La majorité des états hypnotiques sont des états actifs, vivants, intenses. C’est même leur intensité qui va être leur épine dorsale.

La détente ou le sommeil, mis à part pour créer du confort, ne présentent que très peu d’intérêt : ce qui nous endort nous rend passifs, attire peu notre attention et ferme la suggestibilité.

Sandrine Derouet FAQ

Questions fréquentes sur l’hypnose

Est-ce que tout le monde est hypnotisable ?

Oui tout le monde est hypnotisable. Cependant, chaque état d’hypnose est différent d’une personne à l’autre et d’une séance à l’autre.

Est-ce que je peux ne pas me réveiller ?

Non. Une personne en état d’hypnose est toujours consciente et présente à ce qui se passe dans la pièce. Il s’agit plus d’un état de « sur-éveil » qu’un état de sommeil …

Quels sont les risques ?

L’hypnose est un phénomène par lui-même parfaitement inoffensif. Son utilisation quant à elle provoque le changement, et comme pour tout outil efficace et puissant, beaucoup de choses sont possibles … Cela dépend aussi bien du client et de son objectif que du praticien qui utilise des « fusibles » pour prévenir tout risque. En réalité, le seul risque est de changer moins vite que vous ne l’espérez …

Peut-on me faire faire des choses contre ma volonté ?

Non. Vous ne faites en état d’hypnose que ce que vous désirez vraiment et ce au plus profond de vous. Sur ce point voir le rôle de protection de votre inconscient.

Peut-on devenir dépendant ?

Oui et Non ! L’hypnose est un état agréable et on peut avoir envie d’y retourner régulièrement. Pour cela, je vous conseille l’autohypnose qui peut vous accompagner en dehors des séances. Mon rôle est de vous guider vers l’autonomie et d’interrompre lorsque vous êtes arrivé à votre objectif. Cependant, vous pouvez avoir envie de toujours plus de bonheur, de changement positifs !

Vais-je perdre le contrôle?

Non. Vous allez reprendre le contrôle des décisions, comportements, émotions inconscientes pour pouvoir mieux diriger votre vie. L’état hypnotique donne une plus grande lucidité, amène à plus de rapidité, de créativité et de réceptivité …

Vais-je m’endormir?

NON. L’état d’hypnose est un état de « sur-éveil », de perception plus grande de ce qui se passe en vous.

Je suis un peu nerveux à l’idée de faire une séance d’hypnose, est-ce normal?

Oui. Le fait de décider de faire une séance d’hypnose amène votre conscience à demander de l’aide à votre inconscient en lui déclarant d’emblée que vous souhaitez changer quelque chose dans votre vie. Après la première séance, il n’y a plus d’expérience inconnue mais un chemin que vous avez déjà parcouru. La nervosité cède la place à l’envie et au plaisir.

J’ai peur de ce qui peut se passer?

Tout événement arrive au bon moment et pour une raison précise. Il suffit d’accepter ce qui arrive et de l’utiliser de la meilleure manière possible. Une séance d’hypnose est par essence imprévisible, la seule chose à faire est d’accepter et de s’adapter.

Et si ça ne marchait pas sur moi?

L’échec n’existe pas. Il n’y a que des résultats, des pas vers la réussite. La seule manière de ne pas arriver à un but est d’arrêter avant de l’avoir atteint. Si le résultat est différent de ce que vous attendez, posez la question différemment.

Chaque personne dispose des capacités et des ressources utiles pour changer. « Nous avons tous le même cerveau, ce qui change c’est la façon dont on a appris à s’en servir ».

J’ai besoin de tout comprendre?

Trop de personnes cherchent à tout comprendre avant de passer à l’action. Dans une discipline comme l’hypnose, cela serait aussi déplacé que d’expliquer à un enfant le fonctionnement de ses muscles pour lui apprendre à lever un bras ! L’expérimentation est le meilleur allié.

Est-ce-que c’est magique?

Non. Le caractère étonnant de certains résultats provoqués par l’hypnose ne manquant pas d’amener certaines interrogations sur les procédés utilisés, il est important de souligner que l’hypnose est étrangère à toute entreprise « d’ensorcellement »

Faut-il être médecin pour pratiquer l’hypnose?

Avoir fait des études de médecine n’aide aucunement à pratiquer l’hypnose. En revanche, des qualités humaines telles que l’ouverture d’esprit, la flexibilité, l’humour, l’imprévisibilité sont beaucoup plus utiles et ne s’apprennent que par un travail personnel couplé à une véritable pratique.

La profondeur de la transe est-elle importante?

Non. Une simple transe légère et imperceptible peut provoquer des changements considérables en quelques minutes. L’hypnose conversationnelle donne des résultats impressionnants qu’une transe profonde ne permet pas toujours.

Tout cela repose-t-il sur des principes rationnels?

En partie oui, surtout depuis quelques années grâce aux avancées dans des domaines comme la psychobiologie ou dans l’étude du cerveau. Il est fortement probable qu’un jour prochain, la totalité de nos techniques reposera sur des bases reconnues, du moins pour ce qui participe, comme pour tout art, de l’élément répétable et objectif.

Puis-je être manipulé?

« On m’a accusé de manipuler les patients, ce à quoi je réponds : toute mère manipule son bébé, si elle veut qu’il vive. (Elle lui apprend même à pouvoir rentrer dans le langage de la manipulation). Chaque fois que vous allez dans un magasin, vous manipulez l’employé pour qu’il vous fasse un prix. Et quand vous allez au restaurant vous manipulez le serveur. Le professeur à l’école vous manipule pour vous apprendre à lire et à écrire. Bref, la vie n’est qu’une gigantesque manipulation. La manipulation finale est de vous mettre en éternel repos, et ça aussi c’est de la manipulation. On doit descendre le cercueil en terre et puis retirer les cordages, tout ça c’est de la manipulation. Vous manipulez un stylo pour écrire, pour noter vos pensées … » Milton Erickson

Ressources

France 2 – Journal de 20h du 29 mars 2014
Interview Kevin Finel (ARCHE)

10 questions sur l'hypnose

10 questions sur l’hypnose
par Psychologies.com

E=M6 – Comment l’hypnose agit-elle
sur le corps et le cerveau ?

Relations humaines – Jeux psychologiques – extrait du film « oui, mais »

Relations humaines – Jeux psychologiques – extrait du film « oui, mais »

Bibliothèque

Voici quelques-uns des livres qui font partis des références sur mon chemin. Ils sont d’abord simples et faciles à lire, dans un objectif de transmission de connaissances et expériences. Je vous recommande vivement de les lire !

Hypnose
  • François Roustang, « savoir attendre, pour que la vie change », édition Odile Jacob
  • Roland Jouvent « le cerveau magicien », édition Odile Jacob
Développement personnel
  • Jack Canfield, « le succès selon Jack », éditions un monde différent
  • Daniel Goleman, « l’intelligence émotionnelle », j’ai lu
  • Boris Cyrulnik, « les vilains petits canards », édition Odile Jacob
Enfants, périnatalité
  • Adèle Faber et Eliane Mazlich, « parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » et « parents épanouis, enfants épanouis », édition relations plus
  • Isabelle Brabant, « vivre sa grossesse et son accouchement. Une naissance heureuse », édition chronique sociale
Burn-out
  • Sabine Bataille, « se reconstruire après un burn-out. Les chemins de la résilience professionnelle », interéditions
  • Marie-France Hirigoyen, « le harcèlement moral », édition Pocket
Analyse transactionnelle et communication non violente
  • Gilbert Garibal, « ABC de l’analyse transactionnelle », Jacques Grancher éditeur
  • Marshall B. Rosenberg, « les mots sont des fenêtres », édition la découverte

Citations

  • « Persécuteur et persécuté sont identiques. L’un s’abuse en ne croyant pas avoir sa part de souffrance ; l’autre s’abuse en ne croyant pas participer à la culpabilité. »

    Arthur Schopenhauer
  • « Avoir connaissance du mal et ne pas bouger, c’est prendre sa part de culpabilité. »

    Bertha Peppenheim
  • « Ce n’est pas le mal, mais le bien, qui engendre la culpabilité. »

    Jacques Lacan
  • « Quand, au moment de la séparation entre deux individus, personne ne ressent de regret, la séparation est arrivée trop tard. »

    Ahmadou Kourouma
  • « La séparation est toujours riche de mille rebondissements. »

    Malek Chebel
  • « Car comme il en a toujours été, c’est seulement à l’heure de la séparation que l’amour connaît sa propre profondeur. »

    Khalil Gibran
  • « On est prêt de divorcer quand la table est aussi triste que le lit. »

    Victor Hugo
  • « Divorcer, rompre un couple, c’est toujours trancher en soi, à vif. Il faut être sûr que le bien qu’on en tire est plus grand que le mal dont on va souffrir. Parfois des arbres dont on coupe trop de branches meurent. Et il aussi penser à l’autre, aux autres. A tous ceux que ces branches protégeaient. »

    Martin Gray
  • « Le divorce est l’aboutissement d’un mariage agonisant. »

    Mazouz Hacène
  • « La mort d’un proche est un stimulant de la mémoire, tout revient en foule, le bon et le mauvais. Et les remords parfois. On se reproche ce qui n’a pas été accompli. Dans ce procès jugé à huit clos, le défunt est toujours acquitté. C’est soi-même que l’on condamne. »

    Alain Decaux
  • « La vie et la mort sont un cycle inévitable, un rythme aussi naturel que le jour et la nuit. Quand vient la vie, tu ne peux résister, quand elle s’achève, tu ne peux t’opposer à la fin. »

    Tchong Tseu
  • « La mort, lorsqu’elle se met à remuer dans notre conscience, nous rapproche de nos raisons de vivre. »

    Hélène Dorion
  • « Et si la mort n’existait pas, par quoi remplacerait-on la douleur de la séparation ? Serait-ce la seule vertu de la mort : satisfaire ce besoin, en nous, de la plus grande des douleurs, sans laquelle nous ne mériterions pas d’être appelés des hommes ? »

    Elias Canetti
  • « En excluant la mort de sa vie, on se prive d’une vie complète et en l’y accueillant, on élargit et on enrichit sa vie. »

    Etty Hillesum
  • « Il y a une grande beauté à avancer dans la vie sans anxiété ni peur. La moitié de nos peurs sont sans fondement et l’autre moitié peu honorables. »

    Christian Bovee
  • « L’argent est un stress permanent, on a peur d’en manquer et quand on en a assez, on craint de tout perdre »

    Mazouz Hacène
  • « Quand le stress et l’angoisse se joignent, l’on vieillit bien trop vite autant que l’on grisaille… »

    Descrea
  • « L’absurdité est un plaisir fugace, comme une cigarette que l’on fume en riant, tout en sachant qu’elle est nocive. »

    Norman Mailer
  • « La cigarette aux lèvres d’une femme lui sied autant qu’une dent en moins à son sourire »

    Paul Carvel
  • « Le tabac, c’est mauvais pour l’état général mais, pour l’Etat en particulier, excellent pour le coffre. »

    Roland Bacri
  • « L’erreur est une formidable opportunité d’apprentissage. »

    Jane Nelsen
  • « Qu’est-ce que l’échec ? Rien qu’un apprentissage, rien d’autre que le premier pas vers quelque chose de mieux. »

    Wendell Phillips
  • « Les grandes personnes aussi ont besoin de se sentir moins seules quand elles souffrent. »

    David Servan-Schreiber
  • « La dépression est comme une petite mort car au sortir de cet état on a l’impression d’être tout neuf. »

    Karel Tchitelot
  • « L’un des symptômes d’une proche dépression nerveuse est de croire que le travail que l’on fait est terriblement important »

    Bertrand Russell
  • « La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur »

    Jacques Salomé
  • « Si vous voulez changer les fruits d’un arbre, vous devez changer les racines. Si vous voulez changer ce qui est visible, vous devez changer ce qui est invisible. »

    T. Harv Eker
  • « Dans le pouvoir de se changer soi-même existe le pouvoir de changer le monde autour de vous. »

    Anouar el-Sadate
  • « Très souvent, un changement de soi, est plus nécessaire qu’un changement de situation. »

    Théodore Monod
  • « Ce qui nous empêche de changer, ce ne sont pas seulement nos doutes, mais bien plus souvent nos certitudes … »

    Sénèque

Prêt à vous engager ?